23 octobre 2019
Test 225 : Mad Max sur Playstation 4
Multi-plateforme

Test 225 : Mad Max sur Playstation 4

Test 225 : Mad Max sur Playstation 41990. C’est l’année où est sorti le premier et dernier jeu sur Nintendo NES adapté de la franchise Mad Max, cinq ans après la sortie de Beyond Thunderdome, le troisième volet de la saga. Mais ça, c’était avant que George Miller ne décide de faire Fury Road qui a finalement vu le jour en Mai dernier dans les salles obscures et qui a donné lieu à une nouvelle adaptation vidéoludique par Avalanche Games.

Avant de découvrir Just Cause 3, autre jeu open World des studios, je vous propose de découvrir ce que je pense de la version Playstation 4 de ce Mad Max.

Hé mec, elle est où ta caisse ?

Test 225 : Mad Max sur Playstation 4Le jeu commence bien avec une course poursuite dans les plaines du silence où Max est pourchassé par une bande de War Boys dirigés par un certain Scabrous Scrotus. Ce dernier est le fils d’Immortan Joe, le grand méchant psychopathe de Mad Max Fury Road et par la même occasion le petit frère de Rictus Erectus que l’on voit aussi dans le film. Cet affrontement fini mal pour Max puisque celui-ci se retrouve dépouillé de tous ses biens allant de ses vêtements à sa précieuse Interceptor et il est laissé pour mort en plein désert.

Après avoir rencontré un toutou qui va devenir votre meilleur ami, ce dernier vous mène à une source d’eau histoire de vous redonner des forces. Mais votre compagnon à quatre pattes croise le chemin d’un homme qui ne rêve que d’une seule chose : en faire son repas. Pas du tout d’accord, Max le menace mais sa future victime le supplie de le laisser en vie pour une simple raison : Chumbucket le bossu, qui est un mix entre Quasimodo et Gollum, est réputé pour être un as de la mécanique et en échange de sa vie il vous propose de créer un puissant engin afin de prendre votre revanche sur Scrotus et récupérer votre précieuse voiture. A partir de là, il va vous accompagner partout et va s’avérer être extrêmement utile dans votre quête.

Mad max, ton univers impitoyable

Test 225 : Mad Max sur Playstation 4Le Wasteland. Ces terres désolées à pertes de vue où le désordre règne et où le moindre faux pas peut vous être fatal. Voici votre terrain de jeu open word dans un futur post-apocalyptique pour cette adaptation en jeu de la franchise de George Miller. En plus de repartir à zéro après vous avoir fait dépouillé, vous devrez récolter la moindre ressource qui se présente à vous et vous ne devez surtout pas faire la fine bouche. Votre vie dépend de vos ressources d’eau et de tout ce que vous trouvez à manger mais ces deux éléments ne courent plus trop les rues malheureusement pour vous. Au menu, de l’eau trouvée sur des récupérateurs dispersés un peu partout mais aussi de bonnes boîtes de pâtée pour chien Dinki-Di. En cas de grosse nécessité vous pouvez même vous délecter de quelques poignées de vers trouvés sur des cadavres humains. Appétissant non ? Mais si vous voulez que votre barre de vie soit remplie, il ne faut pas faire la fine bouche. Les munitions sont encore plus rares surtout au début du jeu où votre équipement ne vous permet que d’en transporter quelques unes.

Un peu moins rare, l’essence fait aussi partie de vos priorités si vous ne voulez pas tomber en rade en plein dessert à la merci de War Boys ou autres ennemis. Sous forme de jerricanes à ramasser, cette denrée peut être stockée à l’arrière de votre voiture en cas de panne sèche, mais elle peut aussi servir contre les ennemis comme bombe artisanale ou à alimenter les lances flammes latéraux de votre voiture. Pour finir, ce qui est largement moins rare et que vous allez ramasser par tonnes: La ferraille. C’est la monnaie du jeu et c’est que qui va vous permettre d’acheter les améliorations pour votre Magnum Opus et l’équipement de Max. Vous en gagnerez en détruisant les voitures ennemies et des structures ou en les ramassant des paquets dans les casses. Si vous voulez avoir une voiture digne de ce nom, vous devez passer par cette case.

Une aire de jeu énorme

Test 225 : Mad Max sur Playstation 4Honnêtement, je ne vois pas comment ce jeu aurait pu être autre chose qu’un open-word. La carte est tout simplement gigantesque et impossible à retenir par cœur comme pour un Grand Theft Auto. Mais ne vous attendez pas non plus à traverser constamment un désert de sable puisque les environnements sont assez variés au final. Dunes de sable, plaines volcaniques ou montagnes sont vos terrains de jeu mais en dessous de tout cela se cache aussi un monde souterrain assez vaste peuplé d’ennemis qui ne voient jamais la lumière du jour et qui sont redoutables dans le noir. Cette énorme map est parsemée de camps de fortune, de forteresses, de casses et des villes détruites avec un design post-apocalyptique totalement maitrisé. On croise de temps en temps des tankers échoués en plein désert, d’énormes plateformes pétrolières détenues par des clans et même un aéroport enfoui sous le sable.

Personnellement j’ai trouvé le level design propre et bien travaillé sans être exceptionnel. Le jeu a un cycle jour nuit avec des effets de lumière superbes et le tout est truffé de détails en tous genres comme de petites tornades qui font le ménage sur votre passage ou les fumées dégagées par les convois que l’on voit à plusieurs kilomètres. Mais la chose qui m’a le plus impressionné visuellement est lorsqu’une tempête arrive sur vous et que des tonnes de débris volent partout avec des impacts de foudre mortels et un vent à décorner les bœufs. Si vous ne vous mettez pas à l’abris, la mort vous guette même dans votre voiture ! Mais si vous vous dépêchez, c’est l’occasion de ramasser des caisses qui contiennent des centaines de pièces de métal si d’autres ne s’en emparent pas avant vous. Je pense que ces tempêtes vont devenir le nouveau standard dans les jeux car je n’avais jamais vu ça avant.

Pour le reste des graphismes, le chara-design colle bien avec ce que l’on attend de ce genre de titre post-apocalyptique avec des personnages principaux au style bien travaillé. Mais il en est tout autre avec les centaines de sous fifres dont vous allez vous débarrasser car ils manquent de diversité même s’il y a plusieurs types différents au final. C’est même pire avec les caïds (les boss de zone) dont on a l’impression qu’ils sont tous jumeaux puisqu’ils ont juste des variations de couleur et qu’ils se battent tous de la même manière. Par contre niveau véhicule c’est tout autre chose car en plus de customiser votre Magnum Opus avec des dizaines de pièces différentes, vous allez croiser plus d’une trentaine d’autres véhicules avec un style qui se rapproche plus du dernier film. Il est possible de tous les avoir dans son garage pour jouer avec.

L’aigle de la route

Le gros point fort de ce Mad Max reste ses grosses courses poursuite avec les ennemis qui se rapprochent de celles de Fury Road. Pour faire face aux assauts ennemis, qui au début du jeu sont bien mieux équipés que vous, il faut faire évoluer sa Magnum Opus. Simple châssis avec un volant au départ, votre voiture devient petit à petit un véritable tank grâce aux doigts de fée noirs de Chumbucket. Mais avant d’arriver à un tel résultat il faut passer par la casse ramassage de métal pour payer toutes ces nouvelles options. Parechocs renforcés, arpons explosif, lances flammes latéraux, nitro à gogo ou encore pneus plus performants, les heures passées à chercher de la ferraille et à avancer dans le jeu sont récompensées par une voiture plus robustes face aux assauts ennemis.

Test 225 : Mad Max sur Playstation 4Lors des prises d’assaut d’un convoi ou lorsque vous faites face aux ennemis qui croisent votre route, vous pouvez aussi bien tomber sur un seul véhicule ou bien un peu moins d’une dizaine pour les plus gros groupes. En même temps, il faut arriver à gérer tout ce qui se passe autour de vous car l’adversaire attaque de partout et aime particulièrement les flancs de votre voiture plus fragiles au début. Entre la cible principale à éliminer, les voitures devant vous équipées de lance flamme, les ennemis qui sautent sur votre voiture pour vous atteindre directement, ceux qui vous jettent des explosifs ou ceux qui vous rentrent dedans tout simplement, il faut faire attention à tout, tout en surveillant sa jauge de dégâts du véhicule sous peine de prendre feu ou d’exploser dans le pire des cas. Lors des premiers assauts de convois c’est un peu chaotique mais au bout d’un moment on arrive à gérer l’IA surtout une fois que son véhicule est bien équipé. Avec Chumbucket à l’arrière et ses arpons explosifs, le ménage est vite fait et il est capable de réparer votre voiture en un clin d’oeil.

Mais vous assez aussi souvent l’occasion de faire parler vos poings lorsque vous vous retrouvez à pied. Dès la première phase de baston du jeu, on ne peut pas s’empêcher de penser immédiatement à la série Batman Arkham dont le gameplay avec son système de contre est largement inspiré. La seule différence est que Max n’est pas équipé de gadgets en tous genres et qu’il est bien plus bourrin dans son style et qu’il ne se contente pas d’assommer ses ennemis mais de les massacrer. Poings, pieds, surins, il n’hésite pas aussi à utiliser le décor pour éliminer tout ce qui bouge ou à retourner leurs armes contre ses adversaires. Le problème est que même s’il est possible de faire évoluer son style de combat, au final ce n’est pas si flagrant que ça et les affrontements deviennent vite répétitifs. Je ne vous parle même pas des caïds cités un peu plus haut qui se battent tous de la même manière et que l’on arrive à exécuter sans se faire toucher une seule fois dès le second lorsque l’on a compris comment faire.

Par contre une chose étrange que j’ai trouvé dans le gameplay est l’interaction du personnage avec le décor. Si ce n’est pas une zone peinte en jaune, vous ne pouvez pas interagir avec. Vous pouvez très bien vous retrouver face à un mur aussi haut que vous mais vous ne pourrez pas grimper dessus car les bords de ne sont pas peints en jaune et donc vous ne pouvez pas interagir avec. A plusieurs reprises j’ai trouvé cela frustrant pour accéder à certains endroits pour récupérer des pièces.

Il y a de quoi faire sur cette map gigantesque

A la façon d’un Far Cry, la map du jeu est divisée en plusieurs régions. Afin d’avancer dans l’histoire, il faut faire baisser le niveau de l’emprise que Scrotus, les fauche-morts et les vautours ont dans ces zones. Pour cela, vous pouvez faire plusieurs choses: Les plus simples sont de détruire les épouvantails qui se trouvent un peu partout tout comme les tours où se trouvent des snipers ou de déminer des zones avec vote compagnon à quatre pattes. Les plus compliquées sont de prendre d’assaut des différents camps adverses et d’éliminer tout le monde qui s’y trouve. Non seulement cela baisse le niveau mais en plus rapporte des morceaux de métal à intervalles régulières.

Test 225 : Mad Max sur Playstation 4En plus de cela, il faut compter avec les missions principales, les secondaires ainsi que celles qui vous seront données par des inconnus que vous croiserez au bord des routes. Ensuite vous avez les forteresses. Ces bases où vous pourrez récupérer toutes les missions peuvent évoluer si vous trouver un certain nombre d’objets afin de concrétiser des projets. Non seulement cela les fait évoluer mais vous serrez aussi récompensé à chaque arrivée avec le plein de munitions, de vivres, d’essence et d’eau. Avec certains projets, le jeu continue de tourner avec la console éteinte pour vous ramener du métal donc cela est assez utile.

La customisation de votre véhicule vous prendra aussi pas mal de temps et il ne faut pas s’attendre à avoir un monstre de la route après quelques heures de jeu seulement. Non seulement il faut ramasser des tonnes de métal mais en plus il faut avancer dans le jeu. Il en est de même pour l’équipement de Max ainsi qu’à ses capacités et son niveau qu’il est possible de faire évoluer. Vous pouvez gagner des jetons en remplissant divers objectifs et il est possible de les dépenser avec le mystérieux Griffa. Cela vous permet d’avoir plus de vie, de résistance, ou un meilleur métabolisme mais aussi de récupérer plus d’eau aux sources ou d’être plus efficace lors des combats.

Rajoutez à tout ça des reliques du passé à trouver un peu partout, les courses éffrénées, les voitures à ramener aux forteresses pour les collectionner, les ornements de capot à obtenir et vous comprendrez qu’il y a de quoi faire dans ce Mad Max. Mais je pense que certains risquent de se lasser de faire tout cela au bout d’un moment et feront le minimum requis et utiliseront simplement le déplacement rapide pour voyager. Mais pour avancer dans le jeu on est obligé de passer par là même ce n’est pas nécessaire de tout faire pour le finir.

Une bonne adaptation en jeu de la franchise de George Miller

17

Comme je le disait dans l’intro de ce test, c’est le deuxième jeu adapté de la saga cinématographique à voir le jour et pour moi, Avalanche Games a fait du bon boulot. Le jeu est ultra complet avec des tonnes de choses à faire et il nécessite plusieurs dizaines d’heures avant d’en voir le bout. Visuellement le titre est propre avec une distance d’affichage raisonnable pour un open world avec une map de cette taille et certains effets comme la tempête qui s’abat sur vous de temps en temps sont vraiment bien foutus. Il y a tout de même quelques défauts : Les missions secondaires peuvent vite devenir rébarbatives. Le jeu est un peu trop facile surtout si on prend bien son temps pour faire évoluer son personnage et sa voiture. Le scénario pas extraordinaire n’est pas mis en avant. L’interaction avec le décor est limitée et le jeu subit de temps en temps des baisses de framerate très importantes. Mis à part ces défaut, j’ai pris un véritable pied à jouer à ce Mad Max et je le recommande vivement surtout si vous êtes un grand fan de la saga de Miller!

Les plus

Les moins

Une map énorme
La diversité des environnements
De beaux effets de lumière
Les explosions
La customisation de la Magnum Opus
Les attaques de convois
Respecte l’univers de Georges Miller
Les tempêtes sont monstrueuses
Le mode capture photo et vidéo
Une durée de vie énorme

Trop facile
Un peu répétitif à force
Interaction avec le décor limitée
Des baisses de framerate énormes quelques fois

 

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie