Nos tests Uncharted 4 A Thief’s End

Test 259 : Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4

Il a fallu un peu plus de deux ans d’attente depuis la sortie de la Playstation 4 mais Uncharted 4: A Thief’s End, premier titre de Naughty Dog sur la console, est disponible depuis le 10 Mai dernier. On peut dire que ces longs mois à patienter valent le coup car les studios de Santa Monica nous ont une fois de plus sorti un petit bijou qui est sur le point de dépasser les trois millions d’unités vendues dans le monde.

Ne cherchez pas midi à quatorze heure, j’ai plus qu’aimé ce jeu ! Les gars de Naughty Dog maitrisent la Playstation 4 cet Uncharted 4: A Thief’s End en est la preuve comme vous allez le voir dans ce test.

C’est reparti pour un tour

Test 259  Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4Le jeu commence alors que vous vous retrouvez en pleine course poursuite à bord d’un bateau avec tout un tas d’ennemis qui ne vous veulent pas que du bien à vous et à la personne qui vous accompagne. Mais après un énorme choc avec un autre bateau, vous vous retrouvez plusieurs années en arrière alors que Nathan n’était qu’un enfant assez turbulent qui vivait dans un orphelinat de bonnes sœurs. Un soir alors qu’il vient de se prendre une leçon de morale par l’une d’entre elles, son grand frère Sam débarque à l’orphelinat histoire qu’ils aillent faire une petite promenade ensemble. Vous vous retrouvez donc en train de faire le mur pour aller faire un tour en moto avant de vous retrouver d’un coup plusieurs années après dans une prison d’Amérique du sud. Mais vous y êtes de votre plein gré avec Sam à la recherche d’indices qui pourraient vous mener sur la piste du légendaire trésor du Capitaine Henry Avery. Mais après avoir trouvé ce que vous cherchiez, lors de votre évasion de la prison Sam se fait tuer. A ce moment vous faites un nouveau bon dans le temps et vous vous retrouvez de nos jours en pleine expédition sous-marine alors que Nathan travaille pour une société de récupération et qu’il vit une vie tranquille marié à la belle Elena Fisher. Mais ce quotidien paisible qu’il mène depuis plusieurs années va être chamboulé avec l’arrivée de son grand frère qu’il pensait mort et qui va l’obliger à repartir sur les traces du trésor d’Avery.

Je vous en ai déjà trop dit sur l’histoire mais sachez que le scénario de ce dernier opus de la franchise nous en apprend un peu plus sur le passé de Nathan et sa famille avec plusieurs flashbacks très bien réalisés. Vous allez une fois de plus parcourir le monde et vous rendre au Panama, en Ecosse ou encore à Madagascar. La chose qui m’a étonné le plus est de ne pas avoir cette petite touche de science-fiction que l’on a pu avoir dans les opus précédents lorsque que vous vous retrouviez à combattre des ennemis surnaturels. Mais au final je trouve que ce n’est pas plus mal et que le scénario du jeu est juste très bon avec une mise en scène exceptionnelle. Et comme c’est le dernier jeu de la saga, on redoute sa fin tout au long de l’aventure mais ça, ça sera à vous de le découvrir.

[widgetkit id= »152″ name= »2016-05-28 Test 259 : Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4 Gal1″]

Une sacrée claque visuelle, c’est du jamais vu

Dès les premières minutes du jeu, on en prend plein les yeux et cela ne change pas tout au long de la vingtaine de chapitres du jeu. Uncharted 4: A Thief’s End est une véritable claque visuelle et une fois de plus les gars de Naughty Dog confirment qu’ils font partie du studio qui maitrise le mieux les consoles Playstation. Du début à la fin on hallucine sur la qualité impressionnante du level design qui propose un souci du détail jamais vu auparavant. Avant de découvrir tous les petits détails du jeu, à mon avis il faut le refaire plusieurs fois. C’est tellement beau que je suis à plus de 300 captures d’écran faites et que j’étais limite tenté d’en mettre une centaine dans ce test. D’ailleurs le jeu dispose d’un superbe mode photo avec lequel il est possible de faire de très beaux clichés.

Test 259  Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4Commençons par parler des décors. Comme vous parcourez le monde une fois de plus, il y a une bonne variété de décors allant d’une prison au Panama aux montagnes d’Ecosse en passant par l’île de Madagascar et sa faune sauvage. Les environnements offrent bien plus de liberté qu’auparavant avec certains qui sont vraiment très grands pour la simple raison que désormais, le jeu propose des phases d’exploration à bord de véhicules tout terrains. Lorsque vous passez dans la boue votre voiture se salie à la vitesse grand V avec de la gadoue qui s’accumule sur les roues comme Motorstorm à l’époque. Même le système de suspension des 4×4 a été détaillé alors que certains jeux de course ne le font même pas. Pour en revenir aux décors, contrairement à pas mal de jeux qui proposent des textures plates avec une ou deux touffes d’herbes qui se baladent par ici par-là, toute la végétation du jeu a été faite en 3D avec un volume impressionnant. Il en est de même avec les cailloux et les rochers qui ne sont pas tout le temps « soudés » au sol et que vous pouvez déloger facilement en 4×4 ou qui continuent de dégringoler après que vous ayez fait une glissade sur une pente. Il arrive aussi dans certains cas comme à Madagascar de tomber sur des animaux sauvages avec des perroquets ou des singes dans la nature ou une foule incroyable dans un marché.

Ensuite vous avez les personnages, plus vivants que jamais avec des expressions faciales parfaites et des mouvements très réalistes. Les visages sont superbes même si je trouve que Nathan ne ressemble pas à Nolan North et Elena à Emily Rose, les deux acteurs pris pour la motion capture et le doublage original. Lorsque l’on arrive à zoomer sur le visage des personnages en jeu ou lors des cinématiques, on s’aperçoit du travail bluffant des développeurs avec le grain de peau, les rides ou encore la pluie qui ruisselle dessus. Sur un arrêt sur image vous pourriez même compter le nombre de poils de la barbe de Nathan tellement le système pileux est réussi. Le rendu apporté aux personnages est exceptionnel avec un nombre de polygones qui semble bien plus élevé qu’avant. Il y a tout un tas de détails comme lorsque Nathan sort de l’eau et qu’il est trempé de la tête aux pieds mais qui désormais a aussi sa coupe de cheveux qui s’aplatie et qui reprend du volume en séchant. Les personnages ne restent pas propres et chaque glissade, roulade et autres mouvements salissent leurs vêtements et leur peau et il est impossible de finir un chapitre sans être vraiment crasseux.

[widgetkit id= »153″ name= »2016-05-28 Test 259 : Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4 Gal2″]

Je pourrais vous parler des heures de tous les détails présents dans le jeu. Ce qui est appréciable au final c’est qu’avec Naughty Dog, ce que l’on voit lors des démonstrations du jeu faites dans des salons comme l’E3 avant sa sortie, c’est ce que l’on a quelques mois après dans nos mains contrairement à pas mal d’autres studios ces derniers temps qui font pas mal de downgrade graphique sur les versions finales de leurs jeux.

Vous ne serez pas dépaysés si vous avez joué aux précédant opus

Test 259  Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4Mais cet Uncharted 4: A Thief’s End ce n’est pas qu’une bombe graphique car niveau gameplay il est aussi très bon. Si vous avez déjà joué aux précédents volets de la saga, vous ne serez pas perdus car les mécaniques de jeu restent les mêmes et vous n’aurez aucun problème à évoluer dans les décors. Le système de couverture n’a pas changé et évite toujours de se prendre des balles car l’ennemi est loin d’être bête et vise très bien si vous êtes à découvert. Mais il y a tout de même quelques nouveautés apportées à cet opus comme le grappin qui vous permet d’atteindre certaines zones ou d’éviter pas mal de fois de mourir dans une chute mortelle. En online il sert aussi à humilier les autres joueurs avec la possibilité de l’utiliser pour des attaques au corps à corps. La surface plus grande des environnements et leur verticalité permettent aussi d’aborder certaines situations de plusieurs manières différentes. Soit vous foncez dans le tas au risque de ne pas avoir assez de munitions ou alors vous vous la jouez Metal Gear et vous vous suspendez à des parois rocheuses ou à des murs afin de choper les ennemis pour les jeter dans le vide. Vous pouvez aussi utiliser la végétation volumineuse dans certains cas afin de vous cacher et les surprendre par surprise avec une élimination silencieuse. Dans les deux cas ils ne vous tombent pas tous d’un coup dessus, vous n’utilisez pas de munitions et en plus vous en ramassez.

Mais la plus grosse nouveauté niveau gameplay, ce sont bien les phases d’exploration en tout-terrain qui laissent bien plus de liberté qu’avant et qui du coup font de cet Uncharted 4: A Thief’s End un opus moins linéaire. On n’est pas non plus dans un open world à la GTA ou Far Cry mais vous pouvez aller où bon vous semble et sortir de votre véhicule à tout moment afin d’aller farfouiller dans des ruines à la recherche de trésors cachés toujours aussi nombreux à avoir ou d’indices pour votre carnet personnel. Où vous pouvez tout simplement vous balader pour admirer les paysages. Pour accéder à certaines zones, vous devez par moments utiliser le treuil de votre voiture afin de la tracter en haut d’une côte trop boueuse pour que vos pneus adhérent. Le gameplay en voiture tien la route si je puis dire et on ressent bien les différents types de surface comme vous pourrez le voir dans la seconde vidéo présente dans ce test. Mais en 4×4 vous allez aussi avoir le droit à une magnifique course poursuite que tout le monde a déjà vue lors des démonstrations de gameplay faites du jeu lors de l’E3 et dans laquelle vous faites un peu de ski nautique sur boue, l’une des meilleures scènes du jeu. Vous avez aussi le droit à une course poursuite et de l’exploration à bord d’un bateau à un moment du jeu.

Un solo bien plus long que les précédents

Pour les précédents opus de la saga que ce soit ceux sur Playstation 3 ou le Golden Abyss sur Playstation Vita, il fallait environ huit heures de jeu pour en voir le bout. Et bien pour Uncharted 4: A Thief’s End il en faut un peu plus et pour ma part ça m’a pris un peu plus de 14 heures. Le truc c’est que le jeu est tellement détaillé comme je le dis plus haut qu’on passe plusieurs heures à scruter le moindre petit truc et à admirer les décors somptueux. Il faut dire aussi que les environnements plus ouverts font que vous allez encore plus fouiller pour trouver tous les secrets. Mais si vous speedez, vous pouvez finir le jeu bien plus vite puisqu’il est possible de débloquer un trophée si vous le finissez en moins de 6 heures.

Test 259  Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4Mais bien sûr en plus de cela, le jeu dispose toujours d’un mode multijoueur simple mais efficace dans lequel vous avez quatre modes basiques comme le team death match ou capture de totem sur un total de huit cartes inspirées des environnements du mode histoire. Il y a de fortes chances que tout cela d’étoffe dans les semaines à venir sachant qu’il existe un season pass pour le jeu. Mais en attendant, dans ce mode vous pouvez incarner les héros et vilains de ce dernier opus mais aussi des volets précédents. Grâce à de l’argent virtuel débloqué en remplissant des défis ou en récupérant des trésors sur les maps en partie, vous débloquerez de nouveaux personnages mais il vous sera aussi possible de personnaliser tout ce beau monde avec des accessoires achetés dans la boutique. Il en est de même avec tout l’arsenal débloqué qui est personnalisable niveau apparence. Contrairement à pas mal de jeux, les personnages du multi ne prennent pas de niveau avec de l’XP. Au début de chaque partie vous commencez avec 0$ en poche et l’argent récolté en faisant des kills va vous servir à acheter des bonus en plein affrontement comme des améliorations, des armes lourdes ou encore différents totems qui une fois invoqués peuvent par exemple soigner vos camardes ou attaquer les ennemis avec des boules de feu à tête chercheuse. Il vous est aussi possible d’invoquer PNJ qui vous aident à augmenter vos kills avec un mastodonte équipé d’une gatling ou un sniper. Le multijoueur à fait son apparition dans le second volet de la saga et depuis Naughty Dog l’a bien amélioré et même si pour le moment nous avons des modes de jeu classiques, il est tout de même sympa à jouer.

[widgetkit id= »154″ name= »2016-05-28 Test 259 : Uncharted 4: A Thief’s End sur Playstation 4 Gal3″]

[review]

Les plus

 

Les moins

  • Une claque visuelle juste incroyable
  • Un gameplay toujours aussi bon
  • Une bonne variété d’environnements
  • Un mode plus ouvert
  • Un level design hallucinant
  • Une végétation volumineuse et pas plate
  • Des détails partout !
  • Les explorations en 4×4
  • Des gun fights monstrueux
  • Naughty Dog ne ment pas lors des présentations de jeu
  • Le prologue
  • Le charisme des personnages
  • Limite 15 heures pour le solo !
  • L’IA des coéquipiers
  • On peut se la jouer infiltration
  • Les combat au corps à corps
  • La VF toujours aussi bonne
  • Multijoueur simple mais complet
  • Multijoueur stable
 
  • Le dernier ? Non ce n’est pas possible !

Articles Similaires

Avis sur Death Stranding Director’s Cut sur PlayStation 5

takumisensei

Test de Ratchet and Clank: Rift Apart sur PlayStation 5

takumisensei

Test de Returnal sur PlayStation 5

takumisensei