19 février 2019
Multi-plateforme

Test de F1 2017 sur Xbox One

Nouvelle année, nouvel opus de la franchise officielle du Championnat du monde de Formule 1. Comme chaque année, Codemasters nous promet une fois de plus un jeu encore plus complet avec tout un tas de nouveautés, un mode carrière plus poussé, un gameplay encore plus réaliste ou encore de nouveaux modes de jeu. En prime cette année, nous pouvons même nous mettre au volant de monoplaces mythiques remontant jusqu’à la fin des années 80.

Ce test a été réalisé sur la version Xbox One du jeu.

Un mode carrière bien complet

Côté contenu, il n’y a pas grand-chose à reprocher à ce F1 2017 à commencer par le mode carrière qu’il est possible de faire sur plusieurs saisons. Après avoir personnalisé votre avatar avec la possibilité désormais de choisir un pilote féminin, vous devez choisir l’écurie pour laquelle vous souhaitez courir. Dès le début, il vous est possible de partir chez Ferrari ou Mercedes mais plus vous prenez une équipe performante, moins vous gagnez d’expérience. Ensuite vient le temps de faire vos preuves car si vous ne remplissez pas certains objectifs qui vous sont donnés, alors votre écurie devra se séparer de vous.

Plus vos résultats sont bons, plus vous gagnez des points de ressource qui vous permettent de débloquer de nouvelles améliorations pour votre monoplace. Vous pouvez les dépenser dans la recherche et le développement qui est sur la forme d’un énorme arbre des compétences digne d’un RPG avec plus d’une centaine d’éléments à débloquer. Longévité de la monoplace, amélioration du châssis et du moteur ou encore aérodynamique sont à débloquer. Pour avoir un maximum de points de ressource et tout développer, autant vous dire qu’il faut éviter de zapper les séances d’essais ou autres. C’est simple : Il faut faire les meilleurs chronos, participer aux séances, gagnez des pôles positions., remporterez des courses, faire des tours propres en évitant que casser sa voiture et avoir un dossier disciplinaire sans top de pénalités. En faisant tout cela, vous obtiendrez aussi les faveurs de votre team et votre réputation générale augmentera auprès des autres écuries.

Mais votre implication dans l’écurie ne se limite pas à faire des tours de piste. Vous devez aussi gérer votre monoplace. Comme dans la réalité, vous êtes limité à quatre blocs moteur par saison donc il faut les bichonner et éviter de trop les solliciter en tapant dedans avec des montées en régime trop fréquentes par exemple. Il en est de même pour la boîte de vitesse. Si dans les deux cas vous avez utilisé les quatre, vous pourrez tout de même passer une commande mais en contrepartie, vous aurez une pénalité de grille gracieusement offerte. C’est aussi pour cela qu’il faut bien gérer la recherche et le développement afin d’améliorer la durée de vie de tout cela au plus vite pour conserver les quatre blocs pendant la saison.

Entre deux épreuves de la saison, il est possible que l’on vous propose de participer à des événements spéciaux. Ces invitations sont pour vous l’occasion de gouter aux joies des vielles monoplaces dans des courses spéciales à objectifs. Vous devrez par exemple doubler un certain nombre de voitures en un nombre de tours donnés en démarrant plus tard ou doubler un maximum de monoplaces dans un temps imparti.

Par contre il est fortement conseillé de jouer aux autres modes de jeu avant de se lancer dans une carrière juste pour au moins trouver le bon niveau de difficulté qui vous correspond. Car une fois que vous avez sectionné celui souhaité pour la carrière, il vous sera impossible de le changer par la suite.

Test F1 2017 007
Test F1 2017 006
Test F1 2017 005
Test F1 2017 004
Test F1 2017 003
Test F1 2017 002

Un gameplay plutôt bon

Deuxième point positif de F1 2017 même s’il y a quelques défauts : Le gameplay. Une fois de plus, celui-ci s’adresse aussi bien aux débutants qu’aux joueurs confirmés avec pas mal de possibilités de réglages au niveau des aides. Direction, freinage, antipatinage, antiblocage des roues boîte de vitesse auto ou manuelle, trajectoire idéale, à vous de faire votre choix. Bien-sûr, moins vous activez d’aide à la conduite, plus vous obtenez un meilleur score en carrière pour débloquer plus de points de ressource. Il en est de même avec les paramètres de course : vous pouvez régler le niveau de difficulté de l’IA, l’utilisation ou non des flashbacks, le niveau de dégâts du véhicule ou encore les départs assistés et l’apparition de la voiture de sécurité en course.

Par contre l’IA est vraiment agaçante par moments. Que ce soit en solo ou en online, elle peut avoir des réactions assez étranges et surtout vous causer des soucis au niveau des pénalités, voir même vous envoyer dans le décor. Je ne compte même plus le nombre de fois où je suis parti en tête à queue à cause d’un choc à l’arrière avec un autre pilote ou le nombre de fois où les directeurs de course m’ont mis des pénalités en disant que j’étais le responsable d’une collision alors que c’était l’IA me rentrait dedans. Bien-sûr en plus d’un avertissement, vous devez redonner la place à l’adversaire. Et dans les quelques parties en ligne que j’ai pu faire, on se rend compte très vite que ce genre de chose n’arrive pas qu’à soi.

Pour ce qui est du gameplay à la manette, pas grande chose à reprocher au jeu. Les sensations sont bonnes au niveau de la conduite et comme je le dis un peu plus haut, il faut aller le plus vite possible tout en faisant attention à son moteur et à sa boite de vitesse en évitant d’avoir une conduite trop agressive. Il vous est possible en pleine course de gérer le mélange de carburant, élément très important si vous ne voulez pas finir en panne sèche. Le menu rapide vous propose aussi de gérer l’équilibrage des frein, l’appui aérodynamique de la monoplace mais surtout de déterminer vos stratégies pour vos arrêts aux stands. Ce qui est bien ce de F1 2017, c’est que l’on peut aussi piloter de F1 classiques disponibles comme la McLaren MP4-4 de 1988 ou la Renault R26 de 2006, qui ont une conduite un peu plus sportive que pour les monoplaces les plus récentes. Les amateurs de F1 apprécieront surtout le bruit des moteurs qui n’a rien à voir avec celui des V6 utilisés actuellement.

Vraiment décevant une fois de plus au niveau technique

On ne sait vraiment pas ce qui se passe du côté de Codemasters. Après un DiRT Rally vraiment au point même sur Xbox One, les studios nous proposent là un jeu qui n’est vraiment pas au top techniquement comme ça a été le cas avec DiRT 4 il y a quelques semaines. Malheureusement, même avant de mettre le jeu dans la console, on savait à quoi s’attendre… Pour commencer il y a fort à parier que le jeu ne tourne qu’en 900p car par moments le jeu n’est vraiment pas net du tout surtout au niveau des environnements à l’horizon. A la limite, des jeux en 900p nous y sommes habitués sur Xbox One. Mais le problème c’est que non seulement F1 2017 n’est pas net mais en plus on a le droit à certaines textures vraiment moches, pas mal de clipping et un aliasing bien prononcé. Il suffit juste de faire un tour sur un circuit comme celui de Bahreïn pour s’en rendre compte au niveau des tribunes des spectateurs ou des dizaines de spots lumineux présents tout autour du tracé. La bonne nouvelle dans tout ça c’est qu’il n’y a plus de screen tearing comme les opus précédents. Enfin, c’est ce que je pensais au début… Dès que l’on prend un virage rapide, ce qui est assez fréquent dans un jeu de F1, il y a une sorte de distorsion à l’écran que je ne peux même pas vous décrire. Mais en préparant les vidéos présentes dans ce test, on s’aperçoit sur le logiciel de montage qu’il s’agit bien de screen tearing au final…

Si on regarde un peu les doléances des joueurs sur le net, même la version Playstation 4 Pro ne semble pas au point, c’est pour dire… Mais malgré tout on a de l’espoir car les gars de Digital Fondry ont annoncé la semaine dernière que F1 2017 était l’un des titres qui les avaient le plus impressionné sur Xbox One X lors d’une présentation privée à la Gamescom. Codemasters a déjà annoncé il y a quelques semaines que le titre tournait en 4K 60Fps sur la prochaine console de Microsoft même si Digital Fondry a noté des baisses de framerate jusqu’à 50Fps. Mais honnêtement, on préfère perdre 10Fps et jouer à quelque chose de fini plutôt que cette version Xbox One décevante.

Au niveau de la réalisation, je pense que le jeu devrait être encore plus poussé pour vraiment coller à la réalité. L’intervention en course de la safety car c’est très bien mais la voir clignoter puis disparaitre d’un coup au loin lorsqu’il n’y a plus de drapeau jaune c’est vraiment moche. Pareil pour les gros crashs. En 2017, nous avons encore le droit à une voiture qui passe en mode fantôme pour pouvoir passer au travers si elle se trouve au milieu de la piste. Ce serait tellement plus immersif de voir les commissaires de course la mettre en dehors de la piste où de voir les grues les déplacer comme à Monaco. Cela peut sembler être de petits détails mais j’estime que pousser le réalisme de ce genre de jeu ne se résume pas qu’à améliorer les sensations de conduite.

Il n’y a pas que le mode carrière

En plus d’une carrière vraiment complète, F1 2017 propose d’autres modes de jeu. Il vous est possible de créer une multitude de championnats avec tout un tas d’options mais aussi avec les F1 Classiques. Ces dernières sont aussi utilisables dans les épreuves rétro que vous aurez débloqué en carrière. Le mode épreuves vous propose lui des défis avec des scénarios de course uniques qui changent régulièrement et avec des classements mondiaux un peu comme le font DiRT Rally et DiRT 4. Bien-sûr vous pourrez aussi faire une course rapide ou battre vos records en contre la montre comme dans tous les jeux de course qui se respectent.

Pour finir, vous avez bien évidement le multijoueur dans lequel il est possible de participer à des courses rapides simples ou alors de créer un championnat avec tous les paramètres possibles et imaginables. Le multi qui peut accueillir jusqu’à 20 joueurs est plutôt stable sans trop de problèmes. En revanche je me demande si lors des courses en ligne le jeu ne se lâche pas au niveau des pénalités car par moments nous avons eu le droit à des choses assez étranges comme des avertissements pour contact avec un autre pilote alors que personne ne se trouve à proximité de vous. Mis à part cela, l’expérience en ligne est plutôt bonne. Si vous vous sentez d’attaque pour affronter les meilleurs joueurs au monde, on vous rappelle qu’à partir du mois de Septembre prochain se déroulera le championnat Formula 1 Esports Series.

Test F1 2017 008
Test F1 2017 009
Test F1 2017 010
Test F1 2017 011
Test F1 2017 012
Test F1 2017 001

Un contenu énorme mais pas au point techniquement une fois de plus…

Codemasters nous avait promis le F1 le plus complet à ce jour et ils ne nous avaient pas menti ! Niveau contenu, le jeu propose la possibilité de faire une carrière sur plusieurs saisons tout en gérant la course mais aussi le développement de l’écurie. A côté de cela, nous avons le droit à plusieurs modes de jeu supplémentaires mais aussi à tout le contenu du championnat 2017 niveau circuit et voitures. En prime, nous avons la possibilité de conduire des F1 Classiques et des versions courtes de Bahreïn, Silverstone, Sukuza et de Circuit of the Americas nous sont proposées. Mais rouler de nuit sur le tracé de Monaco reste l’une des nouveautés qui m’a plu le plus et je pense que les dirigeants de la F1 devraient s’en inspirer ! Mais à côté de ça, du point de vue technique, le jeu est une véritable déception sur Xbox One. 900p, du flou, de l’aliasing, certaines textures moches, du screen tearing, bref, Codemasters nous a une fois de plus déçu de ce côté. Maintenant reste à voir à quoi ressemble vraiment le jeu sur Xbox One X qui a été déjà annoncé en 4K 60Fps.

Laisser un commentaire