22 septembre 2019
Metal Gear Nos tests

Test de Metal Gear Survive sur Xbox One X : La fin de la saga ?

Qui aurait pensé une seule seconde que la saga Metal Gear aurait eu le droit à une suite après le licenciement d’Hideo Kojima par Konami ? Et bien pas grand monde. Et pourtant, lors de l’édition 2017 de la Gamescom, Konami annonce à la grande surprise des joueurs l’arrivée prochaine de Metal Gear Survive. Cet opus spin-off reprend les bases de gameplay que l’on connait mais à la place des soldats ennemis, vous devez faire face à des monstres infectés qui peuplent un monde parallèle très hostile dans lequel vous devez survivre.

Dès l’annonce du jeu, les fans ont crié au scandale mais qu’en est-il vraiment ? Est-ce la catastrophe annoncée ? En tout cas, vous retrouverez mon avis sur le jeu de Konami ci-dessous dans sa version Xbox One X.

Un monde parallèle nommé Dite

Comme vous pourrez le découvrir dans la vidéo présente dans ce test, le scénario de Metal Gear Survive se déroule après les événements de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. Vous incarnez un membre de l’unité des Soldats Sans Frontières resté sur la Mother Base alors que celle-ci est en train de sombrer après une attaque ennemie. Mais c’est à ce moment qu’un événement étrange se produit avec un trou de ver qui apparait dans le ciel et se met à aspirer tout ce qui se trouve dans son champ d’action. Vous y échappez mais peu de temps après, un mystérieux homme vous envoie en mission dans le Dite, le monde hostile où atterri tout ce qui est avalé par le trou de ver auquel vous avez échappé. Votre mission : Enquêter sur ce monde parallèle y survivre par tous les moyens et surtout, trouver un moyen de rentrer chez vous saint et sauf.

Un personnage irrassasiable

Ceux qui ont joué à Metal Gear Solid V : The Phantom Pain ne seront pas dépaysés par le gameplay. Ce Metal Gear Survive, qui est aussi un immense open world, en reprend les bases en y rajoutant une notion de survie assez poussée. Dès le début, on se rend compte que cet aspect va s’avérer très important tout au long du jeu et qu’en plus de faire face à des nombreux ennemis, vous allez devoir explorer la map à la recherche de diverses ressources et matériaux afin de crafter tout un tas d’items. La première chose que vous devez faire : Manger et boire pour que votre santé et votre endurance restent optimales et surtout pour ne pas mourir. Ce qui peut paraitre simple s’avère plus compliqué qu’il n’y parait. Pour la nourriture, vous allez devoir vous trouver des plantes ou chasser des animaux qui vont du petit rongeur au loups en passant par des ours ou des moutons. Tout y passe du moment que ça se mange et il ne faut pas faire la fine bouche car les bêtes ne courent pas les rues dans le Dite. Pour boire, c’est un peu plus compliqué. Certes vous avez des étendues d’eau un peu partout mais elle est croupie donc inconsommable. Enfin ça c’est si vous avez des goûts de luxe car ici vous n’avez pas le choix et vous devez étancher votre soit avec un liquide qui est loin d’être transparent. Résultat : Vous allez passer tout le début du jeu à boire sous peine de tomber malade et vous mettre à vomir toutes les deux minutes ce qui est assez problématique lorsque vous vous trouvé entouré d’ennemis. Les premières heures de jeu, ce système de vie relié à la faim et d’endurance à la soif est quelque peu pénible. Le problème c’est que les ressources ne tombent pas du ciel (enfin si ça arrive) et que votre personnage doit avoir un trou de ver dans le corps car les deux jauges baissent à une vitesse hallucinante. Vous faites trois à quatre repas par jour ? Lui il est irrassasiable et va en faire plus d’une dizaine et si vous ne gardez pas les jauges dans le vert, vos explorations et vos missions vont mal se finir. En plus de cela, vous devez aussi faire attention à votre niveau d’oxygène lorsque vous entrez dans certaines zones ce qui ne facilite pas les choses

Du craft en veux-tu en voilà

Heureusement, cela s’arrange au fur et à mesure du jeu car on débloque pas mal d’items qui permettent de passer moins de temps à mourir de faim et de soif. Mais avant cela vous devez améliorer votre camp. Simple amas de débris de la Mother Base au début, vous devez l’aménager afin d’y accueillir des survivants car tout au long du jeu, plusieurs viennent se greffer au groupe et vont vous aider dans votre tâche. Le but et de tenter de devenir autonome afin de passer moins de temps entre les missions à chasser et trouver à boire mais aussi pour satisfaire les besoins de tout le monde. En plus de pouvoir installer des campements pour les survivants il est possible par la suite de mettre des réservoirs qui récupèrent et traitent l’eau de pluie, de faire des plantations ou encore d’installer des enclos pour animaux plus ou moins rares. Vous pourrez surtout installer un coin cuisine qui permet de préparer de bons petits plats qui redonnent plus de vie et d’endurance et surtout qui permet de rendre l’eau potable ce qui est un premier grand soulagement.

Metal Gear Survive 001
Metal Gear Survive 002
Metal Gear Survive 003
Metal Gear Survive 004
Metal Gear Survive 005
Metal Gear Survive 006

Vous devez aussi fortifier ce camp car il arrive que vous vous faciez attaquer par des ennemis. Au début il faut faire avec les moyens du bord puis on débloque de nouvelles protections, des armes et les survivant vous donnent un coup de main. Pour améliorer votre personnage et le camp de base, il faut passer par la case exploration afin de trouver de nouvelles recettes mais aussi tous les matériaux nécessaires pour les réaliser. Vous devez faire attention à la quantité d’objets que vous ramassez car il y a un poids limite à ne pas dépasser. Si vous vous surchargez, vous ne pourrez plus courir ou sprinter. C’est pour cela qu’il faut rapidement mettre la priorité sur l’activation des portails de téléportation. Cela permet de se déplacer plus rapidement et c’est fort utile lorsque vous êtes blaisé, en manque d’oxygène ou tout simplement pour multiplier les aller-retours au camp rapidement. De retour à la base, les matériaux que vous avez trouvés sont automatiquement transférés dans votre stockage qui est sans limites ce qui est plutôt bien.

Mais avant de partir en mission ou en exploration, il vaut mieux se préparer car dans le Dite et la mer de cendre vous n’allez pas juste croiser des hordes d’errants lents comme des zombies. Croyez-moi, il y a des monstres bien plus imposants et difficiles à tuer qui vous attendent dans le jeu mais ça c’est à vous de le découvrir. Première règle : Faire attention à l’état de son équipement. Que soit vos armes ou vos protections, tout à une durée de vie donc plus celle-ci diminue moins votre matériel sera efficace. Il est possible de renforcer tout cela afin d’améliorer leurs statistiques et le rendre plus puissant et résistant. Vous pouvez même les customiser en rajoutant des emplacements de munitions ou tout simplement en changeant les couleurs ou les motifs. C’est en partie grâce à l’énergie Kuban que vous récoltez, qu’il est possible de faire tout cela. Elle permet aussi d’améliorer son personnage en le faisant monter de niveau. Chaque stade passé vous octroiera un point à dépenser dans un arbre des compétences. Avant de quitter le camp, il faut aussi penser à prendre de l’eau, des vivres, des kits de soin en tous genres, des unités de défense comme des grillages ou des barricades et il faut aussi veiller à ce que sa bombonne d’oxygène soit opérationnelle à 100% afin de ne pas se faire faire prendre au dépourvu dans la mer de cendre.

Une fois sur le terrain, à vous de voir si vous préférez pour la jouer infiltration et tuer vos ennemis discrètement ou foncer dans le tas en sachant que le moindre bruit en attire d’autres. Par moments, certaines actions comme l’activation des points de téléportation ou des excavateurs rend la confrontation inévitable et vous devez faire face à des hordes ou des vagues tout un défendant une zone. C’est pour cela qu’il faut bien faire attention d’emporter avec soi les unités de défense. Cela permet de ralentir vos ennemis et créer une distance entre vous et eux. Par exemple, un mur grillagé permet de les bloquer mais aussi de leur mettre des coups de lance au travers ce qui est très pratique (surtout au début du jeu). Mais ces murs ne sont pas éternels car ils ont une durée de vie et certains monstres arrivent à passer par-dessus. Les premières missions son périlleuses lorsque l’on apprend à maitriser le système. Heureusement que par moments l’IA est vraiment débile car il lui arrive souvent de s’agglutiner sur un mur de défense alors qu’elle peut en faire le tour très facilement.

Mais pourquoi jeu n’est pas entièrement en multijoueur ?

Ce Metal Gear Survive ne propose pas seulement un mode histoire. Pas de PVP au programme mais en plus du scénario, il est possible de jouer en coopération avec trois autres joueurs et on s’aperçoit très vite que la connexion entre les deux modes est importante. Non seulement les missions en ligne vous font gagner un sacré paquet de matériaux et kuban mais en plus vous pouvez tomber sur des armes ou des items dont vous n’avez pas encore les recettes si vous obtenez une bonne note finale. Le problème est que le système pour trouver des parties et très lent et en plus vous pouvez tomber sur n’importe quel niveau de joueurs. Lors de ma première partie, je suis tombé avec des levels 40 alors que je n’avais même pas atteint le 3. Du coup je me suis retrouvé face à des ennemis bien trop forts pour moi alors que les autres faisaient le ménage avec leurs armes de malades. Imaginez moi jouer avec un tuyau pointu alors que le mec à côté de moi est assis dans une tourelle de défense qui pourrait abattre des avions. On se sent vraiment inutile mais en revanche, j’ai fini avec un rang S et j’ai débloqué des armes rares qui m’ont bien aidé dans le solo du jeu !

Je ne dis pas qu’il est impossible d’avancer en solo sans jouer en multijoueur mais si vous préférez uniquement le mode histoire vous allez avancer un peu moins vite et surtout passer à côté de certains items qui pourraient bien vous aider. Si vous préférez jouer uniquement en multi, vous risquez peut-être de trouver le jeu répétitif. C’est pour cela que je me demande tout simplement pourquoi Konami n’a pas pensé tout simplement à nous faire un jeu de survie entièrement jouable à quatre en coopération ? Imaginez améliorer votre base et explorer une map énorme avec vos amis. Ce Metal Gear Survive aurait été tellement mieux sous la forme d’une sorte de sand box. Certes il faut adapter l’histoire du jeu mais même s’il n’est pas mauvais, le scénario n’est pas non plus au niveau d’un vrai volet de la franchise de Konami.

Metal Gear Survive 007
Metal Gear Survive 008
Metal Gear Survive 009
Metal Gear Survive 010
Metal Gear Survive 011
Metal Gear Survive 012

Le Fox Engine fait vraiment des merveilles

Même si le jeu est propre, je m’attendais à un peu mieux. J’ai le souvenir d’un Metal Gear Solid V : The Phantom Pain plus travaillé mais il faut dire que cet opus se déroule dans un monde plus chaotique où se sont écrasés les débris de la Mother Base un peu partout. Mais mis à part le mur de brouillard qui délimite les zones normales de celles de la mer de cendres qui est vraiment moche et les ombres qui peuvent être très moches au loin, le reste est plutôt joli et rend bien sur un écran 4K. Le contraste entre les différentes parties de la map recouvertes ou non de cendres est bien réalisé avec d’un côté un Dite « normal » avec un cycle jour/nuit et des conditions climatiques et de l’autre la mer de cendres qui rend le jeu terne avec une visibilité très limitée. Le Fox Engine fait des merveilles une fois de plus avec des graphismes propres pour un open world comme celui-là mais aussi un framerate qui monte à 60Fps et qui ne subit que de rares baisses.

Une durée de vie qui peut être conséquente

Je suis loin d’avoir fini ce Metal Gear Survive. Comme d’habitude je préfère vous proposer un test après 30 ou 40 heures de jeu et prendre mon temps pour y jouer. Je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal au début du jeu avec les jauges de vie et d’endurance à prendre en compte constamment. Du coup ma progression est extrêmement lente et je dois être encore très loin du générique de fin. L’exploration prend pas mal de temps surtout lorsque vous n’avez pas beaucoup de téléporteurs d’activés. Les aller-retours entre le camp de base et le reste de la map sont inévitables afin de récupérer tous les matériaux nécessaires à la fabrication des items. Je ne compte même plus le nombre de fois où j’ai dû rentrer en catastrophe au camp juste à temps pour éviter de mourir. Je suis certain que ceux qui rushent les jeux le finiront en quelques dizaines d’heures mais moi il va me durer plus longtemps que ça.

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie