19 février 2019
Red Johnson’s Chronicles, One Against All
Xbox 360

Test de Red Johnson’s Chronicles One Against All sur XBLA

Red Johnson’s Chronicles, One Against AllRed Johnson’s Chronicles, One Against All est un Point n Click développé par Lexis Numérique et disponible sur le Xbox Live Arcade depuis le 12 septembre contre un montant de 800 points Microsoft (10€). II demande 2.68go d’espace libre sur votre disque dur Xbox 360 ou autre périphérique de stockage.

 

Les Point n Click sont un genre de jeu plutôt préféré des joueurs PC et en voir un arriver sur console est aussi étonnant que rafraichissant, mais pour le joueur curieux, il est important de bien comprendre les différences fondamentales de ce type de jeu par rapport à ce à quoi on est habitués 99.99% du temps.

De nos jours, la vaste majorité des jeux ont un rythme très élevé avec un enchainement quasi ininterrompu de scènes d’action. La plupart du temps, on est généralement en mode « shoot d’abord, pense ensuite » et c’est quelque chose qu’il va falloir laisser à la porte si vous souhaitez apprécier Red Johnson ou en tout cas, lui donner une véritable chance.

Dead or Alive

test Red Johnson’s Chronicles, One Against AllLa célébrité à ses défauts. Maintenant que Red Johnson s’est fait un nom dans le milieu en tant que détective privé de haut vol, les malfrats de haut rang en ont assez d’entendre parler de lui et de le voir saboter leurs activités criminelles. Du coup, il y a maintenant un prix sur la tête de Red, et quand on connait son montant et qu’on le compare avec le salaire moyen à l’année dans la ville de  Métropolis, on comprend que notre cher ami va rencontrer des soucis à court terme.

Histoire de rester à l’écart de tous ses nouveaux « fans », Red se planque dans un bar à l’abri des regards et c’est là que débute votre aventure. Un vieux bar, un patron patibulaire, une serveuse aguichante et des clients bizarres, bienvenue dans le monde de Red Johnson’s Chronicle !

L’aspect graphique du jeu est un énorme point fort, dès la présentation stylée dessin (comme tout le jeu), on apprécie le travail des designers qui n’en sont pas à leur coup d’essai car une version précédente de ce jeu est sortie exclusivement sur PSN par le passé. Pour aller avec ce style bien personnel, les développeurs ont ajouté une ambiance « seventies » mélangée avec des gadgets high tech plutôt sortis des années 90, ce qui donne l’impression que la ville de Metropolis est un peu en dehors du temps.

La famille Johnson

Il est clair que Red est un solitaire mais des évènements vont le pousser à se rapprocher de sa famille alors qu’un de ses frères semble s’être mis dans de beaux draps. Combiné au fait que la moitié de la mafia de la ville veut votre peau, cela augure d’un bon mélange explosif !

test Red Johnson’s Chronicles, One Against AllHormis quelques passages en « quick time events », la majorité du jeu reste un nombre élevé de puzzles et énigmes qui ont de quoi vous rendre fou. Rappelez-vous ce que j’ai indiqué au début, le «rythme de jeu » est ici beaucoup plus lente et nécessite de comprendre avant d’agir, chose qu’une montagne de FPS écervelants nous a poussé à oublier.

Impossible de résoudre cette énigme ? Envie de casser la manette avec la TV en combo ? Attendez, il y a une solution, mais elle vous coutera…en crédits in-game. L’acolyte de Red, qui semble sorti tout droit de la garde-robe d’Hugy les bons tuyaux (Starksy et Hutch), peut vous aidez de diverses façons moyennant finance. Evidemment, cela réduira d’autant votre « note » qui dépend du nombre d’aides que vous utilisez ou non et du temps que vous prenez à vous débarrasser de chaque énigme.

Peut-être pour éviter aux joueurs de lâcher le jeu par frustration, il est un peu trop simple de « feinter » le système, en payant pour tous les indices, puis en revenant au menu sans sauvegarder, pour bénéficier des connaissances acquises sans, cette fois, sortir le moindre dollar ! Oui c’est cheap, mais on verra bien ce que vous ferez après 30 minutes devant ce satané puzzle ! Le côté détective du jeu est également mis en avant par les outils que Red peut utiliser pour dénicher des preuves, et vous incitera à vérifier et revérifier tout ce que vous obtenez.

Rigide Johnson

test Red Johnson’s Chronicles, One Against AllRed Johnson’s Chronicles One Against All n’offre que peu d’alternative à la réussite, certes elle est nécessaire pour avancer dans l’histoire et le scénario, mais sa rigidité est assez frustrante quand il s’agit des Quick Time Events ou des énigmes qui sont à résoudre en un nombre limité d’essais.

Si c’est raté c’est game over. Et il ya  de fortes chances que vous deviez vous retaper le GTE également. Il arrive aussi que l’on comprenne un indice ou sa signification mais tant que l’énigme en cours n’est pas résolue « dans les règles de l’art », alors on ne peut avancer. Les mécaniques de gameplay sont « gravées  dans le marbre » et il n’y a pas de marge en manœuvre en dehors de celles-ci. Cela peut s’avérer frustrant mais c’est aussi le charme de ce genre de jeu qui impose de comprendre la méthode à suivre et à s’y tenir.

Du coup, une fois la quête terminée (environ 8 heures), la re-jouabilité est très limitée à moins que vous ne souhaitiez recommencer pour enchainer les résolutions apprises par cœur et monter ainsi dans les classements. N’empêche que pour 10€, la durée de vie est très honnête et l’histoire (grillée à l’avance mais bien racontée) vous fait vivre quelque chose de différent.

Au final

14

Les fans du genre sauteront sur l’occasion et quand aux curieux, dites merci à la version démo qui vous indiquera rapidement si votre cerveau est capable de plus que le classique « vois, vise, tire, recharge » auquel nous ne sommes que trop habitués.
Les plus Les moins
  • Prix
  • Ambiance
  • Design
  • Style différent
  • Enigmes
  • Made in France
  • Qualité des voix inégale
  • Gameplay rigide
  • «Triche» facile
  • Rejouabilité limitée

Laisser un commentaire