19 juillet 2019
Nos tests Shenmue

Test de Shenmue I & II sur Playstation 4 Pro

L’année prochaine marquera le vingtième anniversaire de la saga Shenmue. Tout a commencé avec un premier opus qui a vu le jour en 1999 au Japon sur Dreamcast suivi d’un second en 2001. Tout droit sorti de l’esprit de Yu Suzuki et développée par ses studios de Sega-AM2, cette franchise été révolutionnaire à son époque et peut être considérée comme l’ancêtre d’une autre franchise de Sega : Yakuza. Malheureusement pour le géant japonais à l’époque, les jeux sont un échec commercial et ont coûté très cher en développement. Résultat : Moins de 2 millions d’exemplaires vendus alors que la suite sort aussi sur Xbox One première du nom.

2019 devrait aussi marquer l’arrivée troisième volet de la franchise attendu depuis un sacré bout de temps par les fans même si pour le moment nous n’avons toujours pas de date de sortie. Mais avec une saga uniquement soutenue par une poignée de fans, c’est déjà un miracle qu’il voit le jour. En attendant, Sega a décidé de proposer aux joueurs une compilation regroupant les deux premiers volets afin que les joueurs puissent se souvenir ou tout simplement découvrir l’univers des jeux avant de se plonger dans la suite. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir mon avis sur cette compil dans sa version Playstation 4 Pro.

A la recherche de l’assassin de son père

Pour ceux qui ne la connaissent pas, la saga de Shenmue est centrée sur Ryo Hazuki, un jeune homme qui est à la recherche de l’assassin de son père. L’histoire commence au milieu des années 80 dans la ville japonaise de Yokosuka où la famille Hazuki possède un dojo réputé. Alors qu’il rentre chez lui un soir, Ryo assiste à un combat entre son père et un mystérieux inconu qui ne met que quelques secondes pour le mettre au tapis et le tuer sous les yeux de son fils. Impuissant, Ryo ne peut rien faire pour sauver son père. Tout ça pour une mystérieuse relique appelée miroir qu’Iwao refusait de donner à son adversaire. Quelques jours plus tard après le drame, le jeune homme décide de mettre en parenthèse sa vie et met ses études de côté pour partir à la recherche du responsable de la mort de son père et compte bien le venger. Son enquête auprès des habitants de la ville va très vite le mener sur la piste d’un certain Lan-Di, un homme appartenant à une triade chinoise et qu’il va pourchasser jusqu’en Chine.

Les allergiques à l’anglais seront ravis d’apprendre que cette compilation a eu le droit à une traduction française dans le texte ce que nous n’avions pas à l’époque sur Dreamcast. On rêve qu’un jour Sega en fasse de même avec la franchise Yakuza afin que ceux qui ne parlent pas un mot d’anglais puissent profiter pleinement de l’histoire de la saga. Autre point positif : Nous avons aussi désormais le droit au doublage japonais ce qui nous évite la catastrophique version américaine que nous avions aussi à l’époque malheureusement…

Un gameplay qui a bien vieilli (dans le mauvais sens)

Cela faisait un sacré bout de temps que je n’avais pas joué à la saga. Du coup les débuts ont été assez laborieux comme vous allez le voir dans la vidéo présente dans ce test. Je ne me souvenais pas qu’il était possible dans le jeu de tout observer et d’interagir avec des objets grâce à une vue à la première personne. En appuyant sur la gâchette gauche, il vous est possible de zoomer sur certains éléments du décor pour fouiller ou manipuler certains objets afin de trouver des indices. J’avais aussi oublié les déplacements de Ryo qui peuvent être laborieux surtout lorsqu’il court. Ceux d’entre vous qui ne connaissent pas notre bonne vieille Dreamcast ne doivent pas savoir que la manette de l’époque ne disposait que d’un seul joystick. Si je me souviens bien il servait à diriger Ryo et la croix directionnelle permettait de regarder autour de soi (ou l’inverse je ne sais plus du tout). Du coup, pour ce portage Sega a tout simplement donné au second joystick la fonction de caméra mais on dirige bien Ryo uniquement avec le joystick de gauche ce qui est assez déroutant de nos jours.

Dans cette saga il vous arrive aussi de vous battre et d’utiliser vos techniques de Jiu-jitsu apprises auprès de votre père. Niveau baston, le jeu a pas mal vieilli. Tout au long de votre aventure vous débloquez tout un tas de nouvelles techniques afin de faire face à des ennemis de plus en plus coriaces. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, à la base Yu Suzuki voulait développer un RPG issu de Virtua Fighter, une autre de ses franchises aussi développée par Sega AM2. Du coup la saga Shenmue reprend les bases assez techniques du jeu de baston ce qui s’avère compliqué par moments. Les personnages sont toujours aussi raides, les contres sont toujours aussi difficiles à sortir et au final on a plus tendance à matraquer la manette en tentant d’essayer de sortir des combos tout en faisant attention à sa jauge de vie qui peut diminuer très vite. Mais contrairement aux jeux de la saga Yakuza, vous ne passez pas votre temps à vous battre dans les rues à chaque fois que vous croisez des gars pas très nets. Vous passez plus de temps à enquêter. J’allais oublier : Dans certains cas, l’angle de caméra en combat est tout simplement insupportable surtout dans les endroits confinés…

Certains d’entre vous ne le savent peut-être pas mais c’est la franchise Shenmue qui a introduit les phases de Quick Time Event dans les jeux vidéo. A l’époque c’était un enfer car nous n’étions pas habitués à ce genre de chose. Mais bizarrement, les phases restent toujours aussi stressantes car elles demandent d’avoir de bons réflexes. Le point positif est que si vous ratez un QTE ce n’est pas le game over puisque le jeu vous remet tout simplement au début de la séquence pour la recommencer.

Test Shenmue 1 Et 2 001
Test Shenmue 1 Et 2 002
Test Shenmue 1 Et 2 003
Test Shenmue 1 Et 2 004
Test Shenmue 1 Et 2 005
Test Shenmue 1 Et 2 006

Un simple portage sans trop d’améliorations

Avec cette génération de consoles, nous avons eu un sacré paquet de vieux jeux qui ont refait surface en 1080p ou en 4k Ultra HD. Pour cette compilation, Sega ne s’est pas trop cassé la tête et nous propose un simple portage adapté à la Playstation 4 et à la Xbox One. Pour ce qui est du côté technique, la compilation tourne en 4K mais ce n’est pas non plus la panacée. Nous avons des jeux avec des textures vraiment mais vraiment très grossières par moments qui n’ont pas été retouchées pour l’occasion ce qui est vraiment dommage. En revanche je vous certifie que les deux opus vous feront bien moins mal aux yeux sur votre grand écran 4K que si vous vous mettez en tête de démarrer votre bonne vieille Dreamcast en la branchant sur la prise péritel ou bien avec l’un de ces câbles VGA que l’on trouve sur Internet. L’image est nette, le jeu est fluide, il tourne en 16/9ème (sauf les cinématiques qui sont en 4/3), bref, on pourrait croire que Sega a développé un émulateur Dreamcast sur Playstation 4 et Xbox One. Mais si vous le souhaitez, dans les options il vous est possible de mettre les graphismes d’origine pour voir la différence. Même l’interface du jeu n’a pas changée d’un poil à part un petit passage en haute définition qui est le bienvenu. On y retrouve même les icônes de la Dreamcast et de sa memory card à la même place qu’il y a 19 ans. Mais lorsque l’on démarre le second opus, ou peut apprécier tout de même une belle avancée technique pour l’époque surtout que les sorties des deux jeux étaient très proches. Comme je le dis un peu plus haut, le titre a enfin le droit à des sous titres en français. Comme ceux d’origine ils sont très colorés et surtout ils sont nets ce qui n’est pas toujours le cas avec certains jeux remastérisés ce que je trouve très désagréable.

Mais une fois que nos yeux se sont habitués aux graphismes, on retrouve tout de même tout ce qui nous avait impressionné à l’époque. La ville de Yokosuka et les divers quartiers que vous visitez sont vivants avec des PNJ qui ont leur propre vie ! Le matin vous allez croiser des enfants qui vont à l’école et des adultes qui se rendent sur leur lieu de travail. Contrairement à un Yakuza, tous les commerces ne sont pas ouverts 24 heures sur 24 et il y a des horaires d’ouverture à respecter. Le soir après la nuit tombée, alors que tous les commerces ferment un par un, ce sont les bars et restaurants qui ouvrent. Vous croisez aussi un autre type de PNJ avec des personnes peu recommandables ou des hommes ronds comme des queues de pelles qui ont abusé un peu trop de la boisson. Il y a aussi le décor qui évolue et qui a le droit un cycle jour-nuit ainsi qu’à des y a des conditions climatiques. Yu Suzuki a tellement poussé le détail que la météo que vous avez est celle qu’il y avait en vrai à l’époque le même jour ! Soleil, pluie, il y a toutes les conditions et en pleine période de Noël vous avez quelques chutes de neiges en prime et vous croisez même le Père Noël qui se balade dans les rues décorées pour l’occasion avec les musiques qui vont avec. Pour Shenmue 2, le monde ouvert est bien plus grand avec bien plus de quartiers à explorer que dans le premier jeu au point que les développeurs ont rajouté une map sur le HUD du jeu. Sur le plan technique le jeu dispose aussi de graphismes un peu plus fins en général.

Par contre, même si désormais nous avons aussi le droit au doublage japonais, le jeu a vraiment un problème niveau sonore en ce qui concerne les voix. Leur son est étouffé et il arrive parfois qu’il sature lorsque certains personnages parlent (comme Megumi par exemple). Alors je sais que Sega n’allait pas non plus réenregistrer toutes les pistes audios du jeu mais est ce qu’il n’y avait pas quelque chose à faire à ce sujet ?

Test Shenmue 1 Et 2 007
Test Shenmue 1 Et 2 008
Test Shenmue 1 Et 2 009
Test Shenmue 1 Et 2 010
Test Shenmue 1 Et 2 011
Test Shenmue 1 Et 2 012

Deux jeux à terminer

Si vous ne savez pas quoi faire avant les grosses sorties qui débarquent dès le mois prochain, cette compilation Shenmue pourrait vous occuper quelques heures. Je dois avouer que j’ai avancé bien plus vite dans cette compilation que dans les jeux d’origine à l’époque (la traduction française aide beaucoup). En plus de suivre le cours de l’histoire, les jeux offrent aussi pas mal d’activités secondaires comme le fait la franchise Yakuza. Durant votre quête de vengeance, entre deux bastons et votre job à mi-temps, il vous est possible de vous rendre à la salle d’arcade du coin. Vous pourrez jouer aux fléchettes mais surtout à Hang On et Space Harrier, deux autres jeux de Yu Suzuki et Sega-AM2. Vous devez aussi vous occuper de Mimi le chat abandonné, remplir quelques missions secondaires mais il vous est aussi possible de collectionner pas mal de choses. En plus des nombreuses cassettes audios à acheter en magasin, vous pouvez collectionner toute une ribambelle de gashapons parmi lesquels on retrouve des personnages de Sega comme Sonic ou des combattants de Virtua Fighter, des objets du quotidien ou encore des miniatures de véhicules. Avant d’avoir toutes ces figurines il faut dépenser un sacré paquet de yens !

Test Shenmue 1 Et 2 018
Test Shenmue 1 Et 2 017
Test Shenmue 1 Et 2 016
Test Shenmue 1 Et 2 015
Test Shenmue 1 Et 2 014
Test Shenmue 1 Et 2 013

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie

Mersin escort

Eskişehir escort

Eskişehir model escort

Bayan escort

Adana Aladağ escort

Adana escort

Mersin Rus escort bayan

Mersin bayan escort

Escort bayan

Escort bayan Eskişehir

Eskişehir günyüzü escort

Mersin escort modeller

Mersin inönü escort

Kayseri escort

eskişehir escort

themenulled.xyz

adana escort alara özdemir

adana escort gönül

adana escort olgun

kanal d canlı
escort99.com