22 avril 2019
Nos tests Yakuza

Test de Yakuza 0 sur Playstation 4 Pro

Il a fallu l’attendre celui-là mais deux ans après la sortie de l’opus au Japon, Yakuza 0 est enfin arrivé chez nous. Il ne faut pas trop se plaindre car il aurait pu tout simplement ne pas sortir dans nos contrées. En revanche il faut se contenter de sous titres uniquement traduits en anglais et les joueurs Playstation 3 devront faire l’impasse sur le jeu puisqu’en occident il sort exclusivement sur Playstation 4. Bref, voici mon avis sur ce nouveau volet de la saga et je vais essayer d’être le plus objectif possible sachant que je suis un fanatique…

Le test de ce onzième opus de la franchise a été réalisé sur la Playstation 4 Pro mais le jeu n’a pas eu le droit à un patch pour améliorer ses performances ce qui est logique.

Bienvenue dans le Japon des années 80

Sega a pris tout le monde de cours lors de la première présentation de Yakuza 0. Au lieu de produire une suite au cinquième opus, ils ont préféré faire un bond en arrière dans le temps et nous proposer un scénario qui se déroule dans les années 80. Non seulement vous allez découvrir le passé des personnages de la saga et savoir ce qui s’est passé avant le tout premier opus de la franchise. Vous allez aussi découvrir un Japon à une époque qu’il est extrêmement rare de voir dans les jeux.

Pour ce volet, vous n’allez pas découvrir le passé d’un mais de deux personnages emblématiques de la saga. D’un côté vous aurez celui de Kazuma Kiryu, tout jeune yakuza aux tatouages encore sans couleurs et accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Pour prouver son innocence, il va arpenter les rues de Kamurocho qui s’inspire de Kabukicho, le quartier chaud situé dans l’arrondissement de Shinjuku à Tokyo. Dans l’autre côté vous suivrez Goro Majima, le responsable d’un cabaret à Sotenbori (inspiré lui de Dotonbori, un quartier d’Osaka) qui veut tout faire pour retrouver sa place au sein de son ancien clan yakuza qui l’a exclu. Pour cela, les chefs lui demandent d’éliminer une cible précise. Comme vous vous en doutez, à un moment du scénario, les deux histoires vont se croiser mais ça, c’est à vous de découvrir pourquoi et comment. Toujours est-il qu’une fois de plus les scénaristes du jeu sont vraiment bons et excellent dans la création d’histoires dans lesquelles les clans de yakuzas se font la guerre avec en prime des crises internes. Les petites histoires secondaires sont certes plus simplistes mais restent dans l’esprit japonais avec un côté sentimental ou complètement délirant. Il y a par exemple la mission dans laquelle vous devez vous infiltrer dans une secte assez spéciale pour sauver une demoiselle qui a été embringuée par un gourou et ses adeptes. Vous rencontrerez aussi Miracle Johnson, une star américaine à qui vous allez rendre des petits services comme l’aider à tourner un clip dans Kamurocho dans lequel il doit un moonwalk sans se faire attaquer par des zombies. Et oui, prononcé avec l’accent japonais, Miracle Johnson ça sonne comme Michael Jackson. Même si certaines ne sont pas passionnantes, des missions offrent un peu de variété et permettent de faire une pause dans l’histoire avec des sujets plus légers.

De la baston en veux-tu en voilà

Pour moi, l’un des points forts de la franchise de Sega a toujours été le système de combat. Ce Yakuza 0 n’est pas en reste et propose une fois de plus des bastons bien monstrueuses. Kazuma et Goro ont chacun trois styles de combat assez variés qu’il est possible de changer à tout moment avec la croix directionnelle. Pour Kiryu, vous avez le droit à un style basique qui combine points, pieds, prises et utilisation d’objets, un second avec des mouvements bien plus rapides et surtout au mode beast qui est mon préféré et avec lequel on peut faire pas mal de dégâts. Pour Goro, vous avez son style de base assez rapide mais en plus il peut faire une sorte de capoeira mélangée à de la break dance ou utiliser une base de baseball incassable pour fracasser ses ennemis. Vous ferez encore plus de dégâts avec des attaques spéciales qui se déclenchent lorsqu’au moins une des trois barres qui leur sont dédiées est remplie. A ce moment, nous avons le droit à des attaques dévastatrices qui arrivent facilement à bout d’un ou de plusieurs ennemis à la fois sauf bien sûr si vous avez un boss en face de vous qui a plusieurs barres de vie. En plus de ces trois styles de combats, les deux personnages ont la possibilité d’équiper des armes en tout genre allant du simple parapluie au fusil à pompe. Elles peuvent se détériorer très vite et même si les armes feux sont très peu utilisées, dans certains cas elles sont assez utiles surtout si en face de vous des ennemis en sont équipés. Non seulement chaque balle peut vous mettre à terre mais en plus votre barre de vie peut descendre très vite.

Tout au long du jeu, vous avez la possibilité de faire évoluer les capacités de Kazuma et Goro avec des sphèriers à remplir. Mais pour cela, il va vous falloir gagner pas mal de yens ! On ne parle pas de milliers ni de millions mais plutôt de milliards !!! Après plus de 10 ou 15 heures de jeu on se demande comment on va faire pour gagner autant d’argent pour remplir trois sphèriers de chaque personnage sachant qu’ils ont tous plusieurs attaques qui coutent 1 milliard de yens chacune ! Au début vous allez vouloir vous acharner sur le moindre petit yakuza qui traine dans les rues pour lui piquer des liasses de billets ou traquer les nouveaux riches qui se baladent dans leurs costards dorés et des millions en poche. Mais un peu plus tard dans le jeu vous allez monter des business qui vont vous faire gagner bien plus d’argent et plus rapidement ! Kazuma va avoir l’opportunité de monter une sorte d’agence immobilière version yakuza avec laquelle il peut racheter les commerces d’un quartier afin de dégager régulièrement des bénéfices qui se chiffrent à plusieurs millions. Mais pour cela vous allez devoir embaucher des conseillers et des agents de sécurité pour améliorer et maintenir l’ordre dans le quartier. De son côté, Goro reste dans son domaine : Les clubs à hôtesses. Il va aider un petit bar à faire face à la rude concurrence des Five Stars, cinq cabarets énormes qui raflent toute la mise à Sotenbori. En tant que manager, vous allez devoir trouver de charmantes demoiselles qui acceptent de travailler pour vous et leur offrir tout un tas de tenues sexy, bijoux et accessoires afin de séduire les clients pour qu’ils consomment un maximum ! Toutes les hôtesses ont leurs points forts et leurs points faibles, elles peuvent gagner des niveaux pour être plus efficaces et vous pouvez même changer leur apparence de la tête aux pieds ! La gestion de tout cela prend tout de même pas mal d’heure mais si vous voulez des millions…

Test Yakuza 0 Playstation 4 001
Test Yakuza 0 Playstation 4 002
Test Yakuza 0 Playstation 4 003
Test Yakuza 0 Playstation 4 004

Un level design travaillé, on s’y croirait presque

Comme je le dit un peu plus haut, j’ai testé le jeu sur Playstation 4 Pro mais le titre n’a pas eu le droit à un patch qui lui permettrait d’utiliser la puissance supplémentaire de la console. Mais malgré ça, nous avons tout de même un jeu qui tourne en 1080p et 60Fps sans trop de problème sauf lorsque vous vous trouvez dans un quartier plus animé avec plus de PNJ et que vous lancez un combat. Par moments cela implique quelques baisses de framerate mais rien de bien méchant. Une fois de plus nous retrouvons les quartiers de Kamurocho et Sotenbori mais cette fois à la fin des années 80. Ceux qui les ont arpentés dans les précédents opus ne seront pas dépaysés puisqu’ils ressemblent à 80% à ce qu’ils ont l’habitude de voir avec des rues quasiment identiques. Mais la grosse différence c’est que tout est à la sauce années 80 :  En gros, c’est flashy et kitch. C’est difficile à croire mais les rues sont encore plus surchargées d’enseignes avec des lumières qui clignotent de partout et surtout il y a un bruit assourdissant surtout lorsque vous passer à proximité d’un pachinko. Mais d’un autre côté, on découvre aussi un Japon un peu moins propre que ce que l’on pourrait voir de nos jours avec des rues bordées d’ordures et certaines ruelles dans lesquelles son hésiterait à mettre le pied. En plus de cela vous allez croiser à chaque coin de rue des yakuzas, des bikers ou de simples voyous qui rêvent de vous faire la peau. Pour une meilleure ambiance, le jeu se déroule principalement de nuit mais de temps en temps on se balade dans les rues aussi de jour. Par contre ce n’est pas un cycle jour/nuit dynamique puisque tout cela est géré en fonction du scénario du jeu.

Test Yakuza 0 Playstation 4 005
Test Yakuza 0 Playstation 4 006
Test Yakuza 0 Playstation 4 007
Test Yakuza 0 Playstation 4 008

Même si les aires de jeu de Kamurocho et Sotenbori ne sont pas plus grandes que d’habitude malheureusement, le level design est vraiment soigné et extrêmement détaillé aussi bien en extérieur qu’en intérieur. Lorsque vous rentrez dans un konbini, un restaurant ou dans l’un de ces petits bars ou 5 ou 6 personnes seulement peuvent tenir, il y a un souci du détail assez impressionnant. Malheureusement nous avons le droit quelques fois à des textures vraiment mais vraiment très vilaines mais on les oublie rapidement lorsque l’on voit le reste du level design. Les rues sont pleines de vie avec une grande variété de PNJ habillés avec des tenues qui serraient tout simplement impossible de porter de nos jours. Robes moulantes dorées et manteau léopard pour les demoiselles et lorsqu’ils ne donnent pas dans le sobre avec du noir, les yakuzas arborent une palette de couleurs très flashy pour leurs costards. On a le droit à des combinaisons de violet, de rose, de jaune et j’en passe, le tout avec de magnifiques motifs en prime. L’autre point négatif que je ne supporte pas dans la saga est ce flou vraiment moche en fond de décors qui gâche énormément le travail des développeurs. On aurait aussi aimé plus de liberté dans les mouvements mais pour ça il faudra attendre Yakuza 6 dont la sortie occidentale a déjà été prévue pour l’année prochaine après Yakuza Kiwami si tout va bien. Par contre le jeu excelle sur la modélisation des personnages qui ont pour moi les visages les plus beaux, réalistes et expressifs que l’on puisse voir dans un jeu à l’heure actuelle. Les PNJ n’ont pas le même niveau de détail mais on va dire que c’est normal.

Il est très facile de dépasser la centaine d’heures de jeu

Le jeu propose plusieurs modes de difficulté. Pour ma part j’ai laissé le jeu en normal et il m’a fallu environ une quarantaine d’heures pour venir à bout des 17 chapitres. Mais attention ! Yakuza 0 est un titre sur lequel vous pouvez aisément dépasser la centaine d’heures de jeu tellement il y a de choses à faire ! Je n’ai pas passé énormément de temps sur toutes les activités qui sont proposées mais croyez-moi les passe-temps ! Bowling, billard, fléchettes, baseball, pêche, jeux d’arcade, karaoké, boîtes de nuit, fight club, majong, casino, et tout une multitude de petits jeux d’argent aux noms impossibles à retenir vous attendent. Rien qu’avec ça vous pouvez y passer des heures et des heures. En plus de tout cela, tout au long du jeu vous allez aussi croiser des PNJ qui vont vous donner des missions secondaires à remplir.

Kazuma et Goro ont aussi des activités secondaires qui sont à l’opposée l’une de l’autre mais qui peuvent aussi être chronophages si vous accrochez. Kazuma reste sage et découvre une nouvelle activité avec des petite voitures RC qui roulent sur des circuits. A première vue c’est un mini jeu comme un autre sauf que dans votre inventaire vous avez un onglet réservé aux pièces détachées car il est possible de customiser votre voiture ! Batteries avec une meilleure autonomie, moteurs plus puissants, roues qui adhérent mieux, nouvelles carrosseries, décorations, il est possible de faire pas mal de choses afin d’être au top niveau pour affronter d’autres PNJ dans des compétitions. Goro lui est toujours aussi barbare et son truc c’est de fabriquer des armes. Pour cela il emploie des personnes qui voyagent à travers le monde en échange de milliers de yens pour qu’ils lui ramènent les meilleurs matériaux afin de créer des armes plus mortelles les unes que les autres. Cette activité peut être elle-aussi chronophage. A oui j’oubliais : Une fois le jeu fini, une difficulté supplémentaire se débloque avec un new game plus en prime et un mode libre dans lequel vous pouvez vous balader sans les rues sans être embêté. Il est même possible de jouer à quelques mini jeux en ligne ou en local ou encore de se bastonner avec l’IA dans le mode Climax Battles.

Ce n’est pas négligeable non plus mais le jeu a une sacrée quantité de dialogues avec des scènes qui peuvent durer jusqu’à une demi-heure. Pour ceux d’entre vous qui ne maitrisent pas l’anglais et qui veulent absolument savoir ce qui se passe, cela risque d’être assez difficile malheureusement… D’ailleurs j’ai eu à plusieurs occasions des doutes sur la traduction anglaise surtout lors d’une séquence dans laquelle je devais remplir une grille de mots croisés. Mais bon, soit on se contentait de l’anglais soit de ne jamais voir le jeu débarquer chez nous. Quitte à choisir…

Test Yakuza 0 Playstation 4 012
Test Yakuza 0 Playstation 4 014
Test Yakuza 0 Playstation 4 015
Test Yakuza 0 Playstation 4 016

 

Les plus

 

Les moins

  • Scénario
  • Ambiance
  • Mise en scène
  • De la bonne baston
  • Le level design
  • Tokyo et Osaka version années 80
  • La modélisation des personnages principaux
  • Des tonnes de mini jeux
  • Durée de vie énorme
  • Des modes en ligne en bonus
  • Bande originale
  • Doublages de qualité
 
  • Quelques textures moches
  • Maps pas assez grandes
  • Certaines quêtes secondaires pas passionnantes
  • Des doutes sur certaines traductions
  • Pas traduit en français

 

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie