18 septembre 2019
killzone mercenary review
Killzone Mercenary

Test / Review de Killzone Mercenary sur Playstation Vita

killzone mercenary reviewKillzone débarque enfin sur la console portable de Sony et cette fois-ci, il s’agit bien d’un FPS (Oui je pointe du doigt la version PSP!!). Pour ce volet tant attendu par les possesseurs de Vita, nous n’incarnerons pas un soldat de l’ISA (ni un Helghast) mais Arran Danner, un mercenaire de la compagnie «Phantom’s Talon» dirigée par le Commandant Anders.

Un FPS développé sur Vita par les studios de Guerilla Cambridge est-il digne des précédents volets PS3 ? Nous avons voulu en savoir plus : voici le test !!

Mercenaries never die, they just go to Hell to regroup

La campagne solo vous mettra dans les chaussures, enfin grosses rangers, de Arran Danner. Mercenaire de profession vous évoluerez sur différents champs de bataille qui vous révéleront certains aspects des campagnes des précédents opus. De Vekta à Helghan, vos péripéties meurtrières se feront dans différents environnements : dépaysement assuré ! Engagé par l’ISA et les Helghasts, Arran Danner affrontera chaque faction adverse selon son employeur.

L’histoire de la campagne solo vous plongera donc dans les coulisses du conflit interplanétaire précédemment défini dans la saga Killzone. Une ambiance sombre et un scénario bien ficelé vous montreront les côtés obscurs de cette guerre : génocide et arme de destruction massive étant des points clefs de la narration.

Killing is Business and Business is Good

En tant que mercenaire, la dimension «tuer pour de l’argent» prend tout son sens dans ce Killzone Vita. Chaque action que vous effectuerez vous rapportera de l’argent (mis à part monter une échelle). Chaque frag vous apportera son lot de Vektan Dollar selon la manière dont il est effectué : simple, headshot, longue distance, mutli-kill et j’en passe…Ramassez des munitions vous apportera aussi un petit billet (en plus de recharger votre stock de balles).

killzone mercenary testMais à quoi bon avoir un pactole si on ne peut s’en servir ? Bon, vous ne pourrez pas vous acheter une maison, une voiture ou chien. Ne désespérez pas mes chers Mercenaires en herbe, vous pourrez « claquer » vos billets chez BlackJack, marchand d’armes. Cette gentille personne est un peu le Drebin du Metal Gear Solid Guns of Patriots. Vous pourrez grâce à ce gentil luron et à ses caisses d’approvisionnement dispersées à travers la campagne solo, faire vos emplettes question armement : Fusils (assaut, sniper, etc…), grenades, armures et le fameux système Vanguard. Détail très important : tout ce que vous débloquerez dans le solo sera aussi disponible pour votre profil multi. La campagne a un facteur de rejouabilité très agréable via des types de mission bien spécifiques comme la Précision, l’Infiltration et Démolition. De plus chaque niveau possède six éléments de renseignements qu’il vous faudra acquérir soit en piratant un terminal (il faudra déjà d’abord le trouver) ou soit en interrogeant un officier. Ils vous donneront plus d’informations sur l’histoire.

Killzone Kill your Eyes

Graphiquement, la création des gars du studio de Cambridge est magnifique. Les armes, les ennemis et les décors sont tout simplement extraordinaires et ce, grâce à l’écran OLED de la Vita. Les effets de lumières vous éblouiront, littéralement ! Les scènes de combats et la diversité des environnements sont graphiquement exceptionnelles et vous permettront de vous immerger de façon intense dans le conflit.

L’animation, quant à elle, a aussi été travaillée par une main de maître. Les gars de Guerilla savent exploiter les ressources des machines Sony et cette fois-ci, ils ont encore placé la barre très haute. Les cinématiques sont excellentes et vous permettront d’obtenir une bonne idée de la mission engagée. Pour finir, question sonore, les bruitages, la BO du jeu et les doublages sont excellents (aussi bien en français, qu’en anglais ou japonais!)

Hasta la Vista ? No, Hasta la Vita Baby

killzone mercenary testUn bon mercenaire se doit d’être bien armé (sans quoi il risque de vite se retrouver mort ou pire au Pôle-Emploi). Le panel d’armes dont vous disposerez (moyennant des Vektans) ferait passer les Expendables pour une team d’Airsoft. Les fusils, selon leurs types, vous donneront des sensations bien spécifiques dignes des précédents FPS Killzone. Le recul et la visée sont tous bonnement jouissif surtout quand on considère que nous sommes sur une console portable… Mais à côté de ces jouets très sympathiques, nous avons le droit au nouveau système Vanguard et là c’est le drame (pour nos ennemis). Encore une fois, nous avons voulu en savoir plus ! Ce système vous permettra d’acquérir une technologie de soutien ou d’attaque : drone radar, invisibilité, mini lance missile portatif (volé aux Predators sûrement) et bien d’autres. Il vous faudra peut-être un certain temps pour prendre vos marques sur un FPS Vita, mais après quelques temps, vous deviendrez une véritable machine de guerre.

Les combats au corps au corps se font via l’écran tactile et chaque assassinats effectués grâce à votre couteau sont variés et intenses : « ce n’est pas personnel c’est juste pour le plaisir ». Changer son armement ou utiliser son Vanguard se fera en touchant l’icône correspondant sur l’écran, le zoom des snipers se faisant quant à lui via le pavé tactile arrière. Bref Guerilla Games a utilisé les capacités de la portable de Sony.

Plus on est des fous, plus il y a de tueries

Le multi de Killzone prolongera votre expérience de mercenaire après le solo et ce pour un bon bout de temps. Mis à part les modes Mercenaire (chacun pour soi) ou Guerilla (Quatre versus Quatre), le mode Zone de Guerre (présent sur la bêta) vous demandera d’effectuer des objectifs bien spécifiques : interroger un adversaire qui est à terre, pirater des terminaux, fraguer tous ce qui bouge ou bien même ramasser les cartes laissées par les ennemis vaincus. Vous aurez une carte attribuée selon vos performances en multi et il vous sera possible d’élargir votre collection en ramassant celles des adversaires après les avoir éliminés.

killzone mercenary testSix maps seront à votre disposition et chacune d’entre elles possèdent sa propre dynamique. Afin que les choses soient plus fun (et donc meurtrières) des capsules Vanguards sont droppées de temps en temps sur le terrain. Toutefois, vous pourrez utiliser votre propre système après avoir attendu le délai de chargement. Ce temps d’attente peut être toutefois accéléré en faisant des frags. Note sympathique : si vous veniez à mourir alors que votre chargement de Vanguard était fini, ne vous inquiétez point, il sera toujours disponible lorsque vous reviendrez à la vie (si vous gardez bien évidemment la même classe). Apparemment, les problèmes de respawn expérimentés lors de la bêta semblent pour le moment avoir été corrigés.

Enfin, un véritable FPS sur Vita

17

Killzone Mercenary est le premier FPS digne de ce nom sur Vita. Malgré une courte campagne solo dotée d’un scénario très bien narré (mais avec une rejouabilité exemplaire grâce aux objectifs) et un multi tout bonnement jouissif, nous avons entre les mains le digne successeur de la Franchise des studios Guerilla. Les petits gars de Cambridge nous ont prouvé que la Vita pouvait disposer d’un magnifique FPS avec un gameplay solide. Toutefois, quelques petits défauts sont présents : les PNJ qui vous accompagneront dans le mode histoire étant littéralement invisibles aux yeux des ennemis, un boss final immunisé contre les headshots, difficultés pour zoomer avec le sniper. Mais cela n’est rien face au travail de titan et de génie qu’a effectué Guerilla.
Les plus Les moins
  • C’est beau, c’est magnifique
  • Le scénario
  • Le gameplay
  • La rejouabilité
  • Campagne courte
  • Le boss final
  • Zoom du sniper
  • Pas de sélection de Lobby en multi

Laisser un commentaire

error: Notre contenu est protégé contre la copie