19 janvier 2019
Test Atelier Rorona Plus, The Alchemist of Arland sur Playstation 3
Multi-plateforme

Test Atelier Rorona Plus, The Alchemist of Arland sur Playstation 3

Test Atelier Rorona Plus, The Alchemist of Arland sur Playstation 3Atelier Rorona Plus The Alchemist of Arland un remake dAtelier Rorona paru en 2009. Cette version sortie le 21 Novembre 2013 au Japon est disponible dès aujourd’hui chez nous, toujours développé par Gust. Pour ceux qui ne connaissent pas la série «Atelier» c’est avant tout un RPG où le but est de faire évoluer son personnage et de créer toutes sortes d’objets indispensables pour votre avancée dans le jeu.

La survie de votre atelier est en jeu !

Test Atelier Rorona Plus, The Alchemist of Arland sur Playstation 3Vous incarnez Rorona, apprentie alchimiste et quelque peu étourdie, qui apprend que l’atelier d’alchimie de sa maitresse Astrid sera bientôt fermé puisque plus aucun client ne fait lui appel. Pour empêcher que cela n’arrive, vous devrez accomplir une mission différente tous les trois mois pendant trois ans (ce qui fait 12 missions au total). La propriétaire des lieux, réputée pour être une alchimiste hors pair, ne s’inquiète pas pour autant puisqu’elle va même vous confier cette lourde tâche. Pourtant cela s’annonce compliqué puisque Rorona n’y connait pas grand-chose mais elle va pourtant tout faire pour réussir toutes ces tâches. Ces dernières sont très variées et l’on peut par exemple vous demander de collecter des ingrédients précis ou de créer des objets spécifiques… La quantité et la qualité de ces éléments seront également déterminants pour mener à bien vos objectifs. Vous avez également de très nombreuses quêtes secondaires dont certaines iront de pair avec la quête principale et d’autres seront hebdomadaires. Ces dernières vous permettront de gagner de la réputation auprès des citoyens et des marchands d’Arland, puisque vous en aurez besoin pour faire marcher votre atelier.

La première commence dès le début du jeu et vous serez directement plongé dans le grand bain puisqu’il faudra sortir de la ville et commencer à récolter vos premiers ingrédients pour vos premières recettes. Bien entendu cela n’est pas de tout repos puisque les monstres feront également leur apparition et Rorona ne sait pas se battre. Heureusement vous pourrez compter entre autres, sur votre amie d’enfance Cordelia pour vous aider, mais l’on verra ca un peu plus tard. L’action est permanente et il se passe toujours quelque chose d’inattendu. Quelqu’un qui vous demande de l’aide ou encore un nouveau personnage qui fait son apparition et c’est vraiment appréciable puisque l’on voit qu’il y a un effort fait de la part des développeurs pour que l’on se prenne vraiment au jeu et qu’il y ait de la vie. De plus la possibilité d’avoir les voix originales en japonais rend l’immersion vraiment intéressante et cela évite surtout d’entendre la version américaine immonde. Le seul bémol reste les sous-titres en anglais, en effet cela peut poser des problèmes pour ceux qui n’ont pas l’habitude.

L’aventure commence ici !

Test Atelier Rorona Plus, The Alchemist of Arland sur Playstation 3L’histoire prend place petit à petit et au début vous devez acquérir un très grand nombre d’informations avec le système de craft, les combats, la gestion du temps et j’en passe. Si c’est votre premier « hebdomadaires» alors ne comptez pas faire des merveilles tout de suite puisque la première fois que vous ferez le mode histoire permet surtout de découvrir les différents mécanismes et facettes du jeu. Pour créer des objets, il vous faut des ingrédients que vous trouverez vous-même dans certaines parties du monde ou que vous ferez pousser dans votre jardin ou éventuellement chez des marchands voisins. Mais sachez qu’il est difficile d’obtenir de l’argent au début du jeu. Les commerçants vendront également des livres pour apprendre de nouvelles recettes et ainsi créer d’autres objets. Plus une zone sera éloignée de la ville, plus il vous faudra de temps pour y aller.

Une fois arrivé il y aura plusieurs sous-parties à explorer qui prennent également un certain temps à visiter. Il faut donc faire attention à bien gérer votre temps parce que les 90 jours qui vous sont accordés passent très vite et si une mission n’est pas réalisée dans les temps, c’est votre atelier qui en subira les conséquences ! Il y a en tout huit zones à découvrir dans des environnements très différents les uns des autres mais également de plus en plus durs. En revanche qui dit difficulté, dit récompense à la clé et donc des objets rares et de grande qualités pour des réalisations bien meilleures. Ces dernières auront donc des compétences supérieures appréciables lors des combats ou pour remplir vos quêtes. Votre niveau de craft augmente grâce aux objets que vous créez : Plus ils sont difficiles à faire et plus vous montez de niveau rapidement. Mais attention car vous avez également une probabilité de rater votre objet.

Le système de combat et de personnalisation

Test Atelier Rorona Plus, The Alchemist of Arland sur Playstation 3Lors de vos expéditions vous devrez combattre pour pouvoir ramasser vos ingrédients. Le jeu utilise un système de tour par tour où l’ordre des attaques se fait en fonction de la vitesse (Speed). D’autres caractéristiques sont également à prendre en compte comme les points de vie et de magie, l’attaque, la défense et les résistances magiques. Pour attaquer vous avez le choix entre une attaque basique avec votre arme ou consommer une partie de vos points de magie pour utiliser vos compétences qui font de gros dégâts et qui diffèrent selon le combattant. Lorsqu’un de vos personnages attaque ou subit des dégâts, une barre d’assistance augmente. Deux cas s’offre alors à vous : Lorsque Rorona utilise une compétence, vous pouvez utiliser une partie de cette jauge pour faire des combos à l’aide de vos partenaires. Plus il dure et au plus les dégâts sont importants. Ou alors vous pouvez vous en servir  pour défendre Rorona en cas d’attaque à son encontre. C’est à vous de choisir la meilleur solution au cas par cas.

Bien sûr, comme dans un RPG classique, toutes ces statistiques augmentent avec le niveau et le maximum que l’on peut atteindre, tout comme en alchimie, est 50 et pour y parvenir, il vous faudra faire de (très) nombreux combats ! Vous avez la possibilité de personnaliser votre équipement à votre guise, soit en l’achetant, soit en le craftant, soit en le trouvant lors de votre périple ou enfin en l’obtenant comme récompense de quête. En revanche un changement d’armure et d’accessoires n’affecte pas l’apparence des personnages. Seule l’arme est prise en compte et changera d’asect. Chaque personnage du jeu utilise un certain type d’arme bien précis. Par exemple, Rorona qui utilise un bâton, n’acceptera pas d’utiliser une épée ou une arme à feu. Pour former votre équipe, vous aurez le choix entre plusieurs protagonistes ayant des niveaux et des classes différentes. Notez que plus ils sont fort, plus ils vous demanderont de l’argent pour leurs services donc à vous de trouver le bon équilibre sans vous ruiner. Si vous êtes patient, je vous conseille d’engager les personnages les moins chers et de combattre avec eux pour gagner un maximum d’expérience et ainsi faciliter votre progression. Vous pouvez également modifier leur équipement tout comme le héros principal.

Pour conclure

14

Pour conclure, Atelier Rorona est à la fois très prenant mais également très dur à prendre en main pour les débutants (l’anglais n’aide pas). Une fois le temps d’adaptation passé, c’est un jeu mais aussi une série très prenante qui mérite d’être testée. Comptez une vingtaine d’heures pour terminer la quête principale et même s’il n’y a pas de New Game Plus, vous pourrez toujours recommencer le jeu puisqu’il y a de nombreuses fins alternatives et tenter d’obtenir la meilleure possible. On peut également regretter l’absence de mode multi-joueur, comme un système d’aide communautaire et des zones de jeu trop «couloir».

Les plus

Les moins

• L’histoire et une ambiance prenante
L’humour très présent
L’intervention de nombreux évènements
Le système de craft complet
Les voix originales
• Le temps d’adaptation
La durée de vie
L’absence de multi-joueurs
• Un jeu « couloir »
Les décors un peu légers en détails

Laisser un commentaire